Eugénie Baccot

Documentary Photographer

Black Bouddha

Bhante Buddharakkhita est le premier moine bouddhiste africain de tradition theravāda originaire d’Ouganda. Il est aussi le seul. C'est à l'âge de 19 ans qu'il quitte son pays pour poursuivre ses études en Inde avant d’être ordonné moine. Le moine ougandais est aujourd'hui l'un des plus grands dignitaires bouddhistes africain. Il aurait pu choisir de mener une vie monacale entre les États-Unis, le Sri-Lanka et la Thaïlande, les régions où il passe le plus clair de son temps mais il décide de retourner en Ouganda avec un pari fou, y "planter la graine du bouddhisme". Le petit pays d’Afrique de l’Est compte 85% de chrétiens et 11% de musulmans, Bouddha est, aux yeux de la population, un illustre inconnu. Avec des soutiens venus du des quatre coins du globe, il réalise une promesse faite au Dalaï-lama et construit en 2003 un temple bouddhiste, le seul et unique d’Ouganda. Plusieurs fois par an il rentre en Ouganda pour célébrer le bouddhisme. Commence le marathon du cinquantenaire Retraites spirituelles et fêtes religieuses, prise de contact et entrevues avec les têtes couronnées des différents royaumes ougandais, Bhante Buddharakkhita poursuit son but : faire une place au bouddhisme en Ouganda. Le moine est entouré d’une communauté naissante : des expatriés, des membres de sa famille ou des inconnus intéressés par la philosophie du bouddhisme. Il a fait de sa mère la première nonne bouddhiste jamais ordonnée dans le pays et a pris sous son aile un jeune novice. Black Bouddha est l’histoire de cet homme au crâne rasé vêtu d’une toge que tout le monde prenait pour un maître du kung-fu ou un fou.