Eugénie Baccot

Documentary Photographer

Nsenene paradise

Pendant la saison des pluies, Kampala, la capitale ougandaise, prend des allures lunaires. Les sauterelles, les nsenene comme on les nomme en luganda ont envahie les rues. Les planches de zinc et les fils mal raccordés sur les bords de route et les arrières-cours des maisons donnent à la ville des allures d'aéronef. Installés dans des bidons une fois le soleil couché, des pans de tôle de plusieurs mètres de haut forment des cages en plein air où les insectes se précipitent. Le courant qui alimente les puissante ampoules vertes provient de raccordement illégaux au système électrique déjà extrêmement précaire. Aveuglés, les chasseurs de sauterelles sortent leurs lunettes de soleil en pleine nuit. L'épaisse fumée émanant des petits brasiers étourdissent les nsenene assommées en plein vol. Elles sont des milliers, des millions à virevolter dans le ciel, cueillies encore vivantes par des chasseurs habiles prêts à passer la nuit dehors. Quelques pincées de sel, une tomates et un poivron, les insectes préparés au petit matin, frits ou sautés, sont les gourmandises préférées des ougandais. Car en Ouganda, au royaume des insectes, les nsenene sont reines.