Eugénie Baccot

Documentary Photographer

Le mouvement des surfeurs chrétien : pour la passion des vagues et du christ

Coureurs bodybuildés et skaters ne sont pas les seuls à se retrouver, rollers aux pieds ou cheveux au vent sur les plages de Californie. Planches de surf à la main, les surfeurs chrétiens portent eux aussi des chemises à fleurs et des lunettes de soleil. Il est 6h du matin. Rob Shearer, est le premier sur la plage Zuma située à deux vagues de Malibu. Tout comme sa bible rouge, sa planche de surf n’est jamais loin. Ce professeur de mathématiques et de religion à l’université chrétienne de Pepperdine attend ses élèves pour le cours du matin. La plage devient alors la « surf chapel ». Assis dans le sable dans un décor à couper le souffle les étudiants écoutent le prêche de leur professeur qui parle de dieu, de foi et de surf. L’assiduité compte pour leurs examens. Cette scène n'a rien d'exceptionnel en Californie où le mouvement des Surfeurs chrétien jouit d’une popularité grandissante. Créé en Australie dans les années 70, le mouvement revendique aujourd’hui une présence dans trente-cinq pays. Et des milliers de membres. La « surfer’s bible », la bible des surfeurs s’est écoulée à 75 000 exemplaires.

L’eau, H2O et ses trois formes, c’est la Sainte Trinité. La Trinité du XXIe siècle selon le père Christian Mondor, 89 ans, décédé en 2018. Connu dans la communauté comme le "prête surfeur", l’homme qui aimait à cacher sa canne derrière sa planche est à l’origine de la cérémonie de la bénédiction des vagues, "The blessing of the Waves", un rassemblement où se sont retrouvées plus d'un millier de personnes. Las de s'entendre dire "désolé révérend, je n'ai pas pu venir à l'église, les vagues étaient trop bonnes" Christian Mondor a vite compris que la plage pouvait aussi permettre de fédérer ses fidèles. Il a été le premier à faire de sa planche un autel posé au bord de l’eau et accueillir les fidèles et leurs pains de wax.

Texte Anne-Laure Pineau // freelance journalist // www.youpress.fr